BreaGeek News

La guerrière amazone enfin sur grand écran

Après Superman et Batman, le troisième personnage le plus important de l'univers de DC Comics débarque enfin au cinéma : Wonder Woman alias Diana Prince ! Il aurait fallu de longues années pour voir un tel personnage sur le grand écran. Découvrons ensemble si le film de Patty Jenkins vaut le détour.
 

 
LA TRINITÉ EST COMPLETE
 
Dès les premières minutes du film, nous sommes lancés à la rencontre des Amazones et de la jeune Diana Prince qui souhaite s’entraîner avec ses consœurs. Peu à peu, elle va devenir femme et la rencontre avec l’américain Steve Trevor va changer le cours de sa vie à tout jamais.
 
Enfin ! Tout simplement enfin ! C’est un peu le mantra qui reviendra tout au long de cette critique. Après une série TV (avec Lynda Carter) il y a de nombreuses années, il aura fallu attendre 2017 pour qu’une superhéroïne ait enfin le droit à son film solo (ce qui n’augure que du bon pour le futur Batgirl). Mais après les nombreuses déceptions entourant Batman v Superman et Suicide Squad, on avait le droit de rester sur nos gardes au sujet de ce projet, même si Gal Gadot avait su tirer son épingle du jeu dans le film de Zack Snyder. Soyez tout de suite rassurés : le niveau de l’univers cinématographique de DC Comics vient de connaître un bond soudain dans la bonne direction ! Et il suffisait tout simplement de réunir la bonne équipe.
 
Tandis que Diana Prince était déjà une femme faite dans Batman v Superman, il est désormais temps de faire sa connaissance alors qu’elle ne connaît absolument rien du monde des Hommes et de la jeter en pleine Première Guerre Mondiale était sûrement la meilleur époque pour se faire. Non seulement les femmes commençaient tout juste leur émancipation, cela restait tout de même un monde dominé par la gent masculine. Comme la jeune femme, nous découvrons les horreurs de la guerre et de son souhait de tout vouloir faire pour protéger les innocents.
 
Le film ne serait rien sans la présence de Gal Gadot qui est absolument parfaite dans son interprétation de Diana. Il n’y a rien à redire sur elle : rien ne peut l’arrêter et elle nous offre toute une palette d’émotions toutes plus justes les unes après les autres. Sans oublier l’alchimie qu’elle affiche aux côté de Chris Pine. Les deux nous offrent de très beaux moments au fil de ces deux heures.
 
 
Il ÉTAIT TEMPS
 
Même si c’est un homme qui a écrit le scénario (Allan Heinberg, qui a d’ailleurs écrit sur Wonder Woman pour les comics !), la majorité de la réussite du film revient à Patty Jenkins. Et nous pensons fortement que d’avoir laissé la chaise du réalisateur a une femme était la meilleure décision à prendre (même si quelqu’un comme Joss Whedon a su créer des femmes fortes avec Buffy, Alias et Dollhouse). La réussite d’un film se joue beaucoup à la fois sur le scénario, qui est ici excellent même si le dernier acte aurait mérité quelques modifications, mais aussi sur la réalisation. Et celle de Jenkins nous permet de donner le ton juste que le personnage mérite. La cinématographie semble avoir été calculée au millimètre près, nous permettant à la fois d’assister à l’humanité de Diana mais aussi d’avoir la chance d’assister à des scènes puissantes. De l’autre côté, on peut noter une certaine envie de continuer l’esprit visuel lancé par Zack Snyder, que ce soit au travers de la palette de couleurs mais aussi de la façon de filmer certaines scènes. Cela pourra déranger certains spectateurs tandis que d’autres y trouveront une belle continuité.
 
Nous sommes en 2017 et Patty Jenkins nous a enfin prouvé qu'on peut avoir une héroïne féminine, que celle-ci peut être forte et porter un film à elle seule. Il est vrai qu’on peut nommer d’autres exemples dans l’histoire du cinéma (comme Alien, pour rester dans le domain du blockbuster), mais jamais à un tel niveau, surtout du côté des superhéros.
Même Marvel n'a pas encore réussi cet exploit alors que tout le monde voudrait un projet autour de Black Widow. DC Comics a réussi cet exploit et on ne peut qu’applaudir ce succès des deux mains.
 
Mais comme nous le disions plus haut, le dernier acte aurait mérité d’être un peu plus peaufiné et le méchant principal a du mal à réellement se démarquer, nous offrant quelques fois des moments un peu ridicules. Surtout quand on rajoute à tout cela des effets spéciaux un peu maladroits, surtout du côté des personnages numériques. Ce qui est dommage quand ces derniers étaient si bons tout au long du reste du film.
 
 
CONCLUSION
 
Il en aura fallu du temps avant de voir enfin Wonder Woman faire son chemin sur le grand écran. Surtout dans un film digne de cette super-héroïne. Mais Patty Jenkins et Gal Gadot étaient les gens que nous attendions avec impatience pour rendre justice à ce personnage emblématique de l'univers de DC Comics. Les spectateurs sont enfin prêts à découvrir Diana Prince dans toute sa splendeur au sein d'un long-métrage impressionnant de bout en bout. Évidemment qu'il possède quelques imperfections mais aucune du côté de l'interprétation de l’héroïne en elle-même.
 
Nous vous conseillons d'oublier les quelques points négatifs énumérés ci-dessous et de foncer dans les salles obscures pour le découvrir tout simplement parce qu'il s'agit non seulement d'un très bon film qui redore quelque peu le blason de l'univers cinématographique de DC. Car si même si vous avez été échaudé par Batman v Superman et Suicide Squad, ce film devrait vous faire changer d’avis. C’est aussi l’occasion rêvé pour montrer votre soutien et de prouver que le monde est enfin prêt pour avoir des femmes fortes au centre de l'action. À voir absolument !
 
 
Les points forts :
  • Gal Gadot, tout simplement
  • La justesse des personnages
  • La réalisation
 
Les points faibles :
  • Quelques effets spéciaux brouillons
  • Moments un peu "too much"



Commentaires

Laissez un commentaire