BreaGeek News

Les petites bêbêtes sont de retour

Tandis que les fans font doucement leur deuil de l'Alien 5 de Neill Blomkamp, cinq ans après Prometheus, Ridley Scott nous fait découvrir le nouvel opus de la franchise créée en 1979 avec Alien : Covenant. Après des trailers qui semblaient prometteurs, l'heure est désormais au bilan. Est-ce un retour aux sources ?
 

 
L’APRES PROMETHEUS…
 
Dix ans après la disparition du vaisseau Prometheus, nous accompagnons l'équipage du Covenant durant son voyage de terraformation en direction d'une planète apparemment paradisiaque qui pourrait servir à leur colonie pour s'y installer. Sauf que ce paradis recèle de nombreux dangers…
 
Tout d'abord, nous vous conseillons vivement de regarder le prologue Le Dernier Dîner avant d'aller voir Alien : Covenant car il nous aurait été difficile de vraiment nous attacher aux personnages. Par exemple, sans cette courte vidéo, vous n'aurez appris que deux des membres de l'équipage forment un couple qu'à la moitié du long-métrage ! En gros, le prologue vous permet en quelques minutes de faire la connaissance des personnages principaux du film, ce qui manque un peu dans ce dernier.
 
En tout cas, nous avons ici une vraie suite à Prometheus même si nous ne pouvons pas vous en dire plus sous risque de vous gâcher certaines surprise. N'ayez crainte : certaines questions laissées en suspens connaissent ici une résolution tout en posant d'autres pour la suite de la franchise. Quant à certains évènements, même si après réflexion ces derniers sont cohérents vis-à-vis de l'original, peuvent plus déranger que vous plaire. C'est un peu le souci quand on a autant vécu avec les quatre premiers films (surtout le premier dans ce cas-ci) : les spectateurs ont fini par imaginer leurs propres événements qui se sont déroulés plus tôt dans la chronologie. Un peu ce qui s'est notamment passé pour Star Wars et sa prélogie.
 
Côté cinématographie, Ridley Scott est égal à lui-même : il sait toujours aussi bien maîtriser la caméra et nous offre quelques séquences impressionnantes. L’esthétisme du film ainsi que ses couleurs sont très proches de celles de Prometheus, permettant une belle continuité entre les deux. Cela reste tout de même de la science-fiction lisse et on trouvera encore dommage d’assister à de la technologie qui semble bien plus avancée que dans Alien alors que les évènements sont censés se dérouler bien avant. Autre point regrettable : certains évènements qui se déroulent ici retire toute la tension présente dans l’original.
 
 
… ET L’AVANT ALIEN
 
Même si nous ne savons pas exactement quel est le souhait du réalisateur pour nous mener jusqu'au premier film, il est tout de même clair que nous pouvons facilement en découvrir quelques pistes. Outre certaines situations et dialogues, la preuve la plus flagrante est bien entendu la présence du célèbre xénomorphe. C'est un réel plaisir de le retrouver après toutes ces années dans sa splendeur et grâce aux effets spéciaux actuels. Malheureusement, nous sommes loin de la menace originale, surtout à cause de la présence d'armes à feu, ce qui fait que nous ne sommes jamais suffisamment effrayés pour rester coller à notre siège. Comme nous le disions plus haut : pour les fans de science-fiction, nous avons été trop habitués à revoir l'original pour que ce nouveau projet nous marque autant que nous l'espérions.
 
L'autre point négatif est que nous sommes incapables de retrouver la technologie du passé. C'est-à-dire que tout semble plus futuriste que dans Alien alors que les événements se déroulent dans le passé. Après les cinéastes sont un peu esclaves de leur temps et des capacités techniques actuelles qui permettent tellement de choses et d'avoir tellement de libertés qu'il est désormais impossible de retrouver ce qui rendait le premier film si effrayant.
 
On remerciera tout de même le compositeur Jed Kurzel d'avoir refait apparaître le thème de Jerry Goldsmith qui ne manquera pas de nous offrir une petite "note" de nostalgie lors du visionnage de certaines scènes. Dans tous les cas, on a là une bande originale bien plus intéressante que celle de Marc Streitenfeld.
 
En tout cas, Alien : Covenant est clairement une suite à Prometheus plus qu'une préquelle à Alien, premier du nom. D’ailleurs, on peut vous dire sans soucis que Daniels (jouée par Katherine Waterston) n’est vraiment pas la digne successeuse de Ripley, surtout par un manque cruel de présence à l’écran, même si l’on retrouve ici une femme à fort caractère. On aurait vraiment souhaité que son personnage soit plus mis en avant. Est-elle un personnage principal ? Oui sans aucun doute, mais c’est à un autre acteur que revient tout le mérite : Michael Fassbender dans le rôle de l’androïde.
 
Sinon, l’une des autres marques de la franchise, surtout quand il s’agit de Scott aux commandes, ce sont les scènes gore. Celles-ci sont en tout cas plus présentes que dans Prometheus et permettent tout de même de faire avancer l’histoire au lieu d’en faire une gratuité inutile. Mais là encore, comme on en parlait plus haut, on finit peu à peu par enlever la surprise effrayante du "chestburster" d’Alien pour gagner une certaine habitude vis-à-vis de certaines "naissances".
 
 
CONCLUSION
 
Alien : Covenant est difficile à catégoriser. Est-ce une bonne suite à Prometheus ? Oui car le long-métrage continue d'apporter des réponses aux questions que l'on pouvait se poser lors du précédent film même si celui-là continue d'en rajouter. De plus, on retrouve clairement la patte de Ridley Scott de ces dernières années. Est-ce une bonne préquelle à Alien ? Tout va dépendre de votre façon de voir le premier film. On regrette vraiment le manque de claustrophobie et que la menace du xénomorphe ne soit pas assez présente ce qui retire pas mal le facteur "horreur". En tout cas, on sent de plus en plus les pistes qui nous permettent de rejoindre le film de 1979 même si on en attend toujours plus, surtout de l'homme qui l'a porté sur grand écran il y a tente-huit ans.
 
 
Les points forts :
  • Le retour du xénomorphe
  • Quelques réponses aux questions
  • L’esthétisme
 
Les points faibles :
  • Pas assez claustrophobique
  • Des moments "space"
  • Trop Prometheus qu’Alien



Commentaires

Laissez un commentaire