BreaGeek News


Review par Dalsk

La Panthère Noire débarque dans son propre film !

Quelques mois avant Avengers : Infinity War, Marvel nous offre le film solo pour l’un des personnages que nous avons rapidement croisé dans Captain America : Civil War, c’est-à-dire Black Panther. Personnage assez méconnu au panthéon des super-héros de la célèbre écurie de l’éditeur de comics, arrive-t-il à sortir du lot sans la présence des autres ?
 

 
BIENVENUE AU WAKANDA
 
Dans ce film, T’Challa, après la mort de son père, retourne au Wakanda pour y reprendre le trône, sauf qu’un ancien ennemi est de retour, bien décidé à reprendre le manteau de la Panthère Noire à sa place, se pensant plus apte à endosser le rôle.
 
Black Panther, réalisé par Ryan Coogler, n’est pas une origin story comme les autres, car nous avons déjà fait la connaissance de T’Challa dans le troisème Captain America. De plus, le personnage connaît déjà toute l’étendue de ses pouvoirs qui est un mélange entre mysticisme appartenant au Wakanda et à la technologie moderne. D’ailleurs, sur ce point, l’équipe en charge des décors a fait un boulot monstre. Même si l’architecture du Wakanda peut rappeler celle d’Asgard par certains côtés, celle-ci mélange surtout progrès moderne et culture africaine.
 
D’ailleurs, celle-ci a un rôle très important dans le long-métrage, ce qui ne déplaira pas aux spectateurs, même si le choix de toujours associer le rap ou hip-hop aux africains commence quand même à faire un peu trop cliché, selon nous. Comme si on avait toujours besoin de cela pour comprendre d’où ces personnages viennent. D'avoir un petit peu de ce style de musique est tout à fait compréhensible, mais quand la moitié du film en comporte, cela devient un peu lourd. Il y a forcément d’autres moyens pour qu’on en apprenne plus à leur sujet, que ce soit à travers la langue ou leur histoire.
 
Côté action, rien de bien surprenant dans un film Marvel, celle-ci est fortement présente. Par contre, un bon point positif c’est que cette dernière ne joue pas trop dans la surenchère et les combats sont plutôt intimistes plutôt qu’à une échelle mettant en scène des centaines de personnages. Dans tous les cas, le rythme est mené d’une main de maître !
 
 
UNE PLÉTHORE DE PERSONNAGES
 
Étant donné que Black Panther est le premier solo pour le personnage et que l’on présente son pays natal, il était évident que nous allions faire la connaissance de nombreux personnages jamais encore vus dans l’univers cinématographique de Marvel. Et contrairement à nos collègues de MDCU, nous ne connaissions personne, à l’exception de Klaue (Andy Serkis) et d’Everett Ross (Martin Freeman). Il fallait donc apprendre à les connaître et nous attacher à eux. Ou, au contraire, les détester. Et tous font un du beau boulot, ce n’est pas à nier ! Et tout ceci vient principalement de Chadwick Boseman, Black Panther en personne, dans le rôle du nouveau roi du Wakanda, qui garde tout de même les pieds sur terre ainsi qu’un léger sens de l’humour, accentué par sa sœur, Shuri.
 
Vient ensuite le protagoniste principal, Killmonger, incarné par Michael B. Jordan. Compte tenu du "succès" du dernier Les 4 Fantastiques, nous avions un peu peur de retrouver cet acteur dans une adaptation de comic book, mais au final, on découvre un méchant plutôt humain dans tous les sens du terme. On se surprend presque à comprendre ses motivations et le comédien arrive à transmettre tout ceci avec naturel.
 
Petite mention aux courtes présences d’Angela Bassett, Forest Whitaker, deux acteurs de poids, ainsi qu’à Danai Gurira qui arrive à se défaire petit à petit de sa célébrité engendrée par The Walking Dead. Nous avons bien apprécié de voir cette dernière sur le grand écran.
 
Et enfin, on retrouve Andy Serkis et Martin Freeman, tous les deux présents dans d’autres projets de Marvel, mais qui se réunissent enfin après la trilogie du Hobbit. Tandis que le premier reste un peu sous-exploité (même si c’est très agréable de voir Serkis dans un rôle qui n’est pas en motion capture) mais présente une seconde menace digne d’intérêt, le second rajoute une présence très appréciable parmi le reste du casting.
 
D’ailleurs, on parlait d’humour un peu plus haut : il est important de souligner que Marvel a choisi de s’éloigner des blagues lourdes et vaseuses de Thor : Ragnarok pour revenir à quelque chose de beaucoup plus dosé, et donc beaucoup plus agréable à regarder et à apprécier. Tout est naturel et jamais forcé, que ce soit avec M’Baku ou, comme nous le disions, à travers la relation de T’Challa et Shuri. Mais était-ce un choix voulu dès le départ par les scénaristes ou est-ce que le studio souhaitait juste tout d’abord poser les bases du personnage ? Même si nous pensons fortement que le troisième Thor était vraiment à part de ce côté-là.
 
 
CONCLUSION
 
Après avoir fait une remarquable première apparition dans Captain America : Civil War, T’Challa revient dans son propre film aux airs d’origin story. Mais voilà quand même un film utile si on souhaite découvrir ses motivations et ou bien s’attacher à lui avant de le retrouver très prochainement dans Avengers : Infinity War. De ce côté, Black Panther fait parfaitement le boulot. D’ailleurs les thèmes présentés par Marvel dans ce long-métrage sont très rafraichissants et le personnage est suffisamment méconnu pour nous donner l’impression de débarquer dans un tout nouveau univers.
En tout cas, chapeau aux concepteurs du Wakanda qui est de toute beauté !
 
Black Panther n’est peut-être pas un Marvel indispensable et n’aura – à première vue – aucun impact sur le futur de l’univers cinématographique des super-héros, mais il a le mérite de développer un pays dépaysant dans lequel nous avons hâte de retourner. Et même si le long-métrage fait partie des meilleurs projets du studio, nous craignons qu’il soit rapidement étouffé par le débarquement prochain d’Avengers : Infinity War. Il n’empêche que nous ne pouvons pas nous empêcher de vous le conseiller !
 
 
Les points forts :
  • Les scènes d’action
  • Faire la connaissance d’un personnage "méconnu"
  • Le Wakanda
 
Les points faibles :
  • Une "origin story" de plus
  • Quelques longueurs
  • Un peu confus dans certaines scènes



Commentaires

Laissez un commentaire